Pour vous inscrire, voir ci-contre
ou cliquer sur l'image de l'affiche


Avant que soit retracée l’histoire des clubs de tennis villennois, vous visiterez quelques lieux privés où se trouvaient des courts de tennis ; ce sport est toujours pratiqué sur certains de ces terrains, dans l'île et dans le centre du village. Deux villas ont reçu des invités célèbres :
- Castel Villennes, où la championne Suzanne Lenglen s'est entraînée vers 1920 ;
- Le Pré Fleuri, où Marcel Bleustein-Blanchet recevait ses nombreux amis les dimanches de la belle saison, notamment pour la Coupe Carmen Tessier (des extraits d'un film vous les présenteront). Parmi ces joueurs de tennis, amateurs mais devenus célèbres, François Mitterrand a participé, en 1956, à une compétition mémorable ; celle-ci a été relatée par Robert Badinter qui a épousé, dix ans plus tard, Elisabeth, la deuxième fille du propriétaire : « Le souvenir marquant que je garde de lui sous la IVe République est lié à un match de tennis. Ce jour-là, j'arbitrais un match, […] qui l'opposait à Félix Gaillard. Les deux hommes faisaient alors partie des étoiles montantes de la politique, on les donnait l'un et l'autre comme futurs présidents du conseil. Gaillard jouait nettement mieux que Mitterrand. Mais Mitterrand serait mort sur le court plutôt que de perdre. A un moment, je me suis dit : "Il va y rester !" Le match a duré 3 heures et demie. Et finalement Mitterrand a gagné. C'était le triomphe de la volonté sur la technique. […] »

Quelques années après la fin de la deuxième guerre mondiale, plusieurs habitants de Villennes possédaient un court de tennis ; néanmoins, certains d'entre eux ressentirent alors le besoin de se regrouper pour jouer régulièrement avec divers partenaires. Ce fut, en 1949, la naissance du Tennis-Club de Villennes Médan (TCVM). L'Association sportive de Villennes (ASV), fondée en 1970, créa une section « tennis », en 1985. Les deux clubs fusionnèrent en 1991, sous le nom Tennis-Club de Villennes (TCV). Cette réunification permit un nouveau développement, qui se poursuit de nos jours. Cette évolution, parsemée de diverses péripéties, sera relatée, selon le plan suivant :
- Le temps des pionniers : enthousiasme et nomadisme (Le Coteau fleuri, L'Aubrière, La Nourrée) ;
- Impulsions des dirigeants et initiatives municipales : le Club enfin "chez lui" (rue Gallieni) ;
- Dédoublement du club, saine émulation ou vaine concurrence ? ;
- Réunification du tennis villennois, sous un même toit (courts couverts du Complexe sportif) ;
- Le cinquantenaire ;
- Le TCV au XXIe siècle.

Disposant d'installations de qualité, le club est reconnu par le Comité des Yvelines de tennis comme l'un des plus dynamiques de notre département.